Actualités

  • Nice Matin - Les lundis des maires - Gérard STEPPEL

    Interview de Gérard STEPPEL, maire de MARIE publiée le lundi 8 août dans Nice Matin dans le cadre de la rubrique "Les lundis des maires"

    22 08 08 nm0

     

    22 08 08 nm9Mariol jusque dans ses racines les plus lointaines. Avant 1700 du côté maternel. Ça crée des liens. Forts. Qui ont donné très tôt à Gérard Steppel, 61 ans, l'envie de servir sa commune, ses administrés, en étant acteur du développement de son village médiéval, perché sur un éperon, tel un balcon surplombant la vallée de la Tinée, à cinquante minutes de Nice. D'abord conseiller municipal, puis maire depuis 1989. Un élu également président de la commission des finances de la Métropole Nice-Côte d'Azur, trésorier de l' Association des maires des Alpes-Maritimes ainsi que de la Fédération nationale des communes pastorales.

    En quelques mots, la spécificité de Marie ?
    Une commune au passé agricole et pastoral, qui veut avoir une vocation touristique.

    L'activité pastorale et agricole : comment la conserver ?
    En soutenant Les quatre exploitants agricoles - maraîchers, oléiculteurs, apiculteurs - et l'élevage. Soit 700 brebis et chèvres et 30 vaches, élevées pour la production laitière, réunies ensemble dans une vacherie qui a plus d'un siècle, composée d'une étable, d'un bâtiment de vie, d'une fromagerie. Les pâturages se situent sur un territoire échelonné de 1500 à 2000 mètres d'altitude.

    Et Le tourisme, comment Le doper ?
    De manière pondérée. Avec le culturel : on essaie d'organiser entre cinq et six événements de juin à septembre (concerts, théâtre, soirée du conte). Avec notre richesse patrimoniale que représentent le village toujours dans « son jus » d'époque, l'église, le moulin à huile que j'aimerais faire fonctionner de façon plus régulière, le four à pain... Avec les randonnées pédestres, les pistes pour VTT et pour vélos Gravel, machines conçues pour tous les terrains.

    Combien d'habitants ?
    109. C'est en légère hausse, car tous les logements communaux qui étaient des gîtes ont été transformés en logements occupés par des gens vivant ici à l'année ou par des retraités. Toutefois, Marie compte beaucoup de résidences secondaires et comme on ne peut pas construire, on ne peut pas faire venir de primo-arrivants. Ce qui est une des problématiques.

    Quelles sont les autres ?
    L'absence d'hôtellerie-restauration intra-muros. Jadis, il y avait "Le Marie-Lou". Quand le propriétaire a vendu, c'est devenu "Le Panoramic", en activité jusqu'à la retraire des patrons, qui se sont arrêtés il y a une quinzaine d'années. Les murs leur appartiennent et ils vivent toujours dedans.

    Pourquoi pas de restaurant à Marie ?
    J'aimerais, mais il faut recréer une structure, trouver un terrain et le financement de cette opération représenterait un budget trop important.

    Pas d'autres commerces dans le village ?
    Jusqu'en 1967, on a eu une épicerie. Aujourd'hui, ce serait compliqué, car les gens ont d'autres habitudes et vont à la supérette de Pont-de-Clans ou dans les grandes surfaces de la vallée du Var. Si un établissement ouvre, il ne doit pas être seulement commerce d'appoint. Je verrais bien un bistrot de pays responsable d'une offre multiservices, de la création d'évènements et d'animation.

    La tempête Alex a-t-elle laissé des traces ?
    Énormes ! Un pan de la montagne a glissé occasionnant la perte de l'approvisionnement en eau de la vacherie et du bâtiment de vie. Les sources en eau potable ont souffert. Sur cinq, on en a perdu une. On a aussi perdu pas mal de sentiers de randonnées, le vallon d'Ullion où on pouvait pratiquer pêche et canyoning. La tempête a emporté le captage d'eau pour les arrosages et les secours. Les travaux engagés sont colossaux, très longs et complexes. À la louche, on en a pour 1 million d'euros...

    Comment vivre financièrement ?
    Depuis dix ans, il n'y a plus eu d'augmentation d'impôts sur la part communale. Nous vivons principalement de financements croisés de l'État, de la Région, de la Métropole et du Département. Et nous sommes très bien aidés.

    Justement, comment une si petite commune se situe-t-elle entre Métropole et Département ?
    En travaillant avec les deux entités en bonne intelligence. En tant qu'élu, j'ai une écoute bienveillante de tous les acteurs. "Je parle avec tout le monde".

    Recueilli par CHRISTINE RINAUDO crinaudo@nicematin.fr

    Lire la suite

  • L’eau coule à nouveau à la vacherie de Marie !

    Le CERPAM (Centre d'Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes - Méditerranée) partenaire du projet d'alimentation en eau de la Vacherie de Marie a communiqué sur cette très belle réalisation.

    Retrouvez leur message : Communication du CERPAM

  • Le mariol Charles Giuge, Gendarme réserviste en poste dans la vallée

    Charles Giuge, un jeune réserviste mariol apparaît dans un article de Nice Matin du 4 août. Qu'il soit félicité pour son engagement citoyen.

    22 08 04 auron charles

  • Fouontluègn en eau

    A l'initiative de "Marie Patrimoine" le lavoir communal de la Fouontluègn est de nouveau en eau après en avoir été privé par la tempête Alex. Aidée par une dizaine de bénévoles l'association a installé près de neuf cent mètres de tuyau pour y amener l'eau depuis la source de La Roubino mise en valeur précédemment. Un début d'aménagement paysager a débuté avec la mise en place d'une meule. Fouontluegn

    Lire la suite

Evénements à Venir