Visite

Marie    :      Un espace préservé, des venelles pentues, des passages voûtés, des ruelles étroites, une atmosphère moyenâgeuse

à découvrir sans modération.


L’église Saint-Pons
     La première mention écrite, au début du XVIIe siècle, fait état d'un bâtiment ayant besoin d'importants travaux de restauration. Au début du XVIIIe siècle, elle est agrandie par l'ajout du choeur, la reconstruction du clocher. Par la suite, le porche et l'escalier lui donnent l'aspect actuel. Dans la première moitié du XIXe siècle le clocher est réhaussé et le dallage intérieur refait. Quatre autels : des Ames du purgatoire, de la Vierge, de saint Férreol et du Rosaire sont disposés de part et d'autre de la nef centrale au sol pentu qui monte vers l'autel majeur.

Vierge 6    Elle recèle le chef-d'oeuvre du village : une statue de la Vierge. Sculptée à Gênes, transportée par bateau jusqu’à Nice, elle fut acheminée à dos d’hommes jusqu'au village où elle arriva le 16 avril 1777. Cet ensemble polychrome en bois d’olivier pèse 450 kg. Tous les ans, depuis 1780, lors de la fête patronale, la statue est promenée dans les rues du village, portée par huit hommes.

 

Les lavoirs
     Le premier lavoir a été édifié en 1855 sur la place du village. Un deuxième lavoir a remplacé, en 1906, la "fouont", source captée, au quartier de la Fouontluegn en face du moulin à huile.

La porte féodale
     Il n'existe aucune trace écrite concernant la porte médiévale à arc ogival. On peut supposer qu'elle a été édifiée à la même époque que le château.

Le château
     Il fut construit au XIVe siècle par les comtes de Beuil qui ambitionnaient d'avoir un château dans chacun de leur fief. Il avait plus un rôle de représentativité que de défense. Le propriétaire actuel le fit restaurer dans les années 1960. A cette occasion, la tour fut rehaussée et la fenêtre à colonnette, ajoutée. Il se limite à un logis de trente mètres carrés flanqué d'une tour de trois mètres de diamètre.

Le four à pain communal
     Le pain étant l'aliment de base, le four à pain est un édifice vital dont les revenus étaient gérés par le seigneur du fief. Son statut évolue en 1753, de banal il devient communal. Son diamètre de 3,50 mètres en fait un des plus grands fours de la vallée avec une capacité de cuisson de 160 pains. Ce fut, durant des siècles, tous les samedis un point de rencontre des femmes du village.

Actuellement il est mis en service annuellement, il est allumé une semaine avant la "Fête du four" organisée par le comité des fêtes. 

Le moulin à huile
      Ce moulin traditionnel "à la Génoise" est un moulin à "sang" jusqu'au début du XIXe siècle. Par la suite, il est actionné grâce à la force motrice de l'eau par l'intermédiaire d'une roue à augets.

     Modernisé dans les années 1920, le moulin ou defici en gavouot a cessé son activité depuis plus de cinquante ans. Il conserve sa meule de trituration de 1,60 mètre de diamètre en pierre verte d'Italie, son dispositif de pressage et sa grande roue à augets de 5 mètres de diamètre. Cinq bassins de décantation complétaient l'ensemble.
C'est un des rares moulins de la région à posséder deux meules de triturage.

Oratoire e

 

L'oratoire
     La Vierge Marie en prière et les angelots présents sur la croix rappellent que celui-ci est dédié à la mère de Jésus-Christ. Il a été érigé à la fin du XVIIIe siècle.

Les chapelles
     Des quatre chapelles existant autrefois sur le territoire de Marie, il n'en reste plus que deux. La chapelle dédiée à sainte Anne située dans les campagnes d'été d'Ullion à une heure trente de marche du village et la chapelle Saint-Roch. Celle-ci érigée sur l'ancienne route royale venant de Clans abrite un tableau daté de 1637. Celui-ci représente saint Roch et son chien protecteur de la peste, à sa droite saint Pancrace qui est un saint guérisseur et saint Christophe patron des voyageurs à sa gauche.

Des points de vue remarquables sur la vallée
     Perché sur son piton rocheux, Marie vous offre comme sur un balcon, une vue plongeante sur la vallée en partant des gorges du Bancairon et du mont Vial pour remonter jusqu'aux sommets des stations de ski et le mont Mounier. 

LA BOLINETTE
     Le premier bâtiment de ce hameau de Marie est construit en 1866 avec la création de la route Impériale. Il faut attendre 1898 pour avoir la configuration actuelle.

     Ce hameau comportait deux commerces : une auberge-relais où, notamment l'hiver, les cochers rechargeaient en eau chaude les bouilloires en cuivre placées aux pieds des passagers ; une boulangerie-épicerie où venaient s'approvisionner notamment les Mariols et les Ilonsois.

 

 

Télécharger Depliant touristiqueDépliant touristique (12.96 Mo) Plan de visite de mariePlan de visite de Marie (198.65 Ko)

 Une présentation de Marie et un plan vous aidant à visiter notre village réalisés par l'Association "Histoire Mariole d'Hier et de Demain" et la Mairie de Marie.

Si vous avez visité Marie, n'oubliez pas de mettre vos commentaires sur notre Livre d'or en cliquant ici